Attention Danger Mur (droit devant)

Alors que l'on se demande chez nous si Chavez est un dictateur, alors que comparer son accession au pouvoir à celle d'Hitler ne dérange pas grand monde alors que faire de même pour Bush (laquelle accession est nettement plus discutable) revient à se tirer une balle dans le pied, on se dirige vers un état assez dérangeant, où on poursuit publiquement un journaliste, c'est à dire Denis Robert.
Symptôme d'une société où on stigmatise le porteur du message quand le message déplait, où une affaire touchant à la finance mondiale finit en minable procès pour bidouille de listings et en bouille pour chat façon miettes de thon.

Il est de toute façon plus facile de taper sur Denis Robert que sur le Luxembourg et nos propres banques, et je ne parle même pas de nos dirigeants Sarko et Galouzeau dont on se contre-fout de savoir qui a allumé la mêche de l'autre.

Notre société a pris l'habitude de ne pas se retourner, d'avancer comme on dit, toujours vers le progrès, de construire la croissance, de produire et de "réformer". Les nombreux dommages collatéraux sont autant de symptômes qu'il faut faire passer pour des événements en soi, tout est analysé au premier degré pour simplifier et se libérer des causes et de leur traitement. Dans ce contexte, il est normal de parler de "problème" d'immigration, mais en aucun cas de "problème" d'exploitation des pays du Sud, ça c'est positif puisque ... en fait je sais pas trop en quoi c'est positif.

Société de contrôle qui fonctionne sur la peur et la police, toujours plus nombreuse, on s'inquiète de la taille des milices chez Chavez, mais on ne se soucie guère de la multiplication des BAC en France... la vidéo de cet ancien policier est plus qu'instructive à ce sujet à voir ici.

Un candidat qui se dit "de gauche" et qui continue les mêmes discours en pire, c'est pas de la gauche pour moi, c'est de la droite, c'est la continuation de la logique productiviste et expansioniste, toujours plus toujours plus vite... en avion ou en TGV, et toujours plus de gens, travailler plus, faire plus de pognon, plus de gosses, et se gaver comme un porc (pardonne moi ami cochon t'y es pour rien).



Travail: Attention Danger
Vidéo envoyée par mars19


Je vous conseille la vidéo de Pierre Carles si vous ne l'avez pas encore vue, Attention Danger Travail, mais surtout, je vous recopie (ouais c'est un peu long) le commentaire que j'ai trouvé excellent :

Notre compte commence il y a trois siecles avec le déclenchement de la révolution industrielle en europe puis trés vite aux états unis. Avant celle ci, presque tout le monde vivait de la terre, les démographies étaient stables (qd aucun fléau ne survenait) car le milieu ne pouvait nourrir qu'un nombre défini de population. Apparait alors la motorisation (désolé pour les raccourcis) et avec celle ci le remplacement progressif de la force de travail de l'humain par celui de la machine. Nous étions alors à la croisé des chemins : nous avions le choix entre travailler moins ou produire plus.....qu'avons nous choisi ?....bonne réponse....produire plus......c'est à dire travailler autant sinon plus. Mais bon, pourquoi pas? Aprés tout, autant améliorer nos conditions de vie.....Oui mais voila, la production accrue n'a pas servie dans un premier temps à améliorer les conditions de vie, mais à augmenter nos populations, avec pour toile de fond des guerres en préparation (il tardait aux dirigeants français et saxons que 14-18 commence étant donné la démographie galopante de l'allemagne et seulement trotante de la france et de l'angleterre).
La question, c'est pourquoi avons nous produits plus et pas travaillé moins.....la réponse semble être une question de domination sociale et de logique d'entreprise capitaliste (j'espere que les mots ne vous font pas peur), je m'explique : au 18ème siecle (en gros) le pouvoir a progressivement basculé de l'aristocratie à la bourgeoisie, c'est à dire de la terre et de ses propriétaires au capital, c'est à dire à ceux qui détenaient les moyens de productions (c'est à dire à ceux qui avaient de l'argent et qui ont investi dans le production). C'était alors le début de l'époque libérale (pleins de petites entreprises et que la meilleure gagne). Les aristos n'avaient dorrénavant plus le droit d'asservir sur leurs domaines des serfs ou autres paysans (révolution française) qui à la place allaient travailler dans des usines qui les rémunéraient (dans les fait si on remarque bien, rien ne change : on ne donne à ces nouveaux serfs que des moyens de subsistance, ils travaillent jeune (8 ans) longtemps (parfois 16 heures) et meurent vite (condition de travail abominable). Ils sont journaliers, etc etc.
Mais ce faisant ils permettent à leur entreprise d'être compétitive dans un monde sans droit du travail (c'est ce qu'on appelle le dénivelement par le bas). En gros, c'est une bataille farouche entre les grosses entreprises (siemens par exemple) pour assoire leurs domination et assurer le prestige des dirigeants de chacunes de ces hyper structures (c'est important le prestige, ça permet d'avoir la femme que l'on veut dans son lit.......enfin pas toutes toutes, ne soyons pas machiste....hum). Il est important de comprendre que des villes entieres se fondaient autour de l'entreprise phare (ville de 10 000 habitants, 2500 foyers donc, avec l'immense majorité des patriarches qui vont bosser à l'usine, qui emprunte tous la meme route, avec le patron de la boite également maire de la ville, avec des écoles où on apprend qu'on est français et qu'on irait mourrir pour la france....jeanne d'arc, charle martel (qui entre nous soit dit n'a jamais arrété les arabes à poitiers, vous ne me croyez pas? Ouvrez les bouquins universitaire d'histoire)
Pendant qu'on y est, on apprend également à l'unniversité que 14-18 serait l'oeuvre de société voulant s'accaparer des marchés (vous pensiez que nos ayeux avaient fait la guerre pour que les allemands puissent mettre dans leurs livre de géographie des pointillés incluant l'alsace lorraine? Non non, elle fut faite pour des matieres premieres (europe mais aussi et surtout colonies) et des marchés.....dans l'interet non pas des dirigeants de l'état mais dans celui de exploiteurs pour qui ils bossaient. Et qu'on soit bien clair, une entreprise est un lutte perpetuelle pour ne pas mourrir (se faire racheter ou désosser par une autre). En gros, si elle ne tue pas, c'est elle qui meurt (une entreprise plus grosse fait plus déconomie d'echelle donc vend moins cher donc etouffe ses concurrentes. C'est comme ça qu'on est passé d'un libéralisme cool à la voltaire ou le plus intelligent gagne à la multinationale en situation de monople qui n'est plus du tout synonime de progrés (c'est plutot logique qd on y réfléchie, c'est comme hilglandeur, il ne doit en rester qu'un....et meme quand il en reste trois ou quatre dans un secteur, on peut toujours essayé de s'entendre cordiallement....l'oligopole n'est qu'une façade du monopole)

Donc, en gros, nous croyons etre dans des nations démocratiques, qui luttent pour le bonheur de ses citoyens, alors qu'en fait, nous vivons une guerre de domination des puissants qui veulent le rester.
La france vit essentiellemnt de ses importations, la majorité de nous bosse dans le tertiare, c'est à dire organise les relations de notre societé et gere ces matiere premiere et produits finnis.
Si nous étions 22 millions, comme en 1800, ce serait peut etre différent, mais nous somme trés nombreux et nous ne nous en sortant qu'en exploitant d'autres pays du globe.
L'argent (ce bout de papier symbolique) ne fonctionne que grace à la confiance qu'on lui prête, si demain les pays exploités le refuse parcequ'ils se disent qu'aprés tout ils peuvent être indépendant, qu'ils donnent bcp plus qu'ils ne reçoivent, alors la france deviendra pauvre et inccapable de nourrir ses agneaux trés nombreux ou ira faire la guerre pour asservir par la force les pays que nous asservissont en ce moment par la corruptions des dirigeants ou par la seule vrai entente internationale qui existe, à savoir l'entente des exploiteurs (on donne à un pays qui détient des forces de travail sans droit du travail des machines de productions dont les produits reviennent in fine à nos sociétés, on est contents, les exploiteurs de ces pays sont contents)

Je reviens à mes moutons : pourquoi donc produire plus et pas travailler moins?

Ben parceque, et pour résumer, un mec qui bossait à son compte en fabricant 100 chemises dans le mois a acquis une machine qui permétait d'en faire 100 en une semaine seulement ça lui servait à rien parceque dans son villageon en voulait que 100 par mois, alors il a travaillé 10 fois moins. Mais voila, un type est arrivé dans ce village, qui lui avait aussi cette machine mais avait trouvé pleins de beau monde pour acheter ses 1000 chemises qu'il fabricait dans le mois, il avait 10 fois plus d'argent ce qui lui permettait de vendre bcp moins chere. Le village ne s'y est pas trompé (enfin si mais bon) ils ont acheté ces chemises bcp moins cheres. L'autre il ne voulait pas se retrouver au chomage, alors il a décidé d'essayé de vendre lui aussi 1000 chemises dans le mois partout ou l'autre les vendait déjà. Alors ce fut la guerrepour savoir lequel allait se retrouver au chomage, le premier embaucha des mecs pour susciter le désir du bleu tandis que de son coté il préparait une collection bleu, le deuxieme embaucha des mecs pour aller directement chez les gens pour vendre ses belle chemises (vrp), le premier embaucha alors des mecs pour faire passer le message que ses chmises étaient mieux que les autres (publicité), le deuxieme embaucha alors des gens pour espioner le premier, le prmier embaucha alors des gens pour embaucher des gens qui travailleraient mieux et plus (parceque tous ces gens embauchés, ça commençait à couter chere). Et ainsi des milliers de personnes travaillaient à ce que le premier soit plus fort que le deuxieme et vice versa, alors que dans le meme temps la demande de chemise n'avait pas bougé dans ces contrés. c'est comme ça, alors que tous le monde aurait dû travailler moins, que tout le monde travailla autant et produire plus.......de néant. (tant de travail pour une putain de chemise blanche ou bleu, ça fou les boules)
Alors si la dame en survet dit tout d'un coup qu'elle ne veux plus etre dans ce systeme, je la comprend.
Elle touche 2600 balle, ok....
Nous donnons de l'argent à un ouvrier (8000 balles) qui produit un peu, à un technicien (10 000 balles) qui sait utiliser des machines qui remplacent plusieurs ouvriers, à un ingenieur (15000 balles) qui créé ces machines, à einstein (pleins d'argent) qui élabore des théories qui permettent de fabriquer ces machines. Le travaille devrait diminuer progressivement, au lieu de ça, nous augmentons notre population et nous embauchons une miriade de personnes dans des boulots improductifs puisque guerriers.
(parenthese : les grandes surfaces ont les moyens de supprimer leurs caissieres, mais voila, ils pensent que cela deshumaniserait leurs magasins (il n'y aurait plus que des vigiles), donc des dizaines de milliers de femmes esclaves qui bossent à la chaine, qui doivent faire passer tant de produits en tant de secondes, doivent sourrire au clients, doivent se coltiner des embouteillages, doivent rentrer à la maison léssivées dans l'unique but "d'humaniser" les grandes surfaces....oui oui, on parle bien d'humanisme)
Si tous nos boulots étaient utiles, si il y avait une reflexion nationale sur la production mise en parallèle avec le travail, si l'argent reflétait la somme de travail utile dispensé à notre société, alors cette femme serait une voleuse. Tel n'est pas le cas, l'argent a de moins en moins de rapport avec le travail. Elle a bossé 12 ans, personne ne devrait bosser plus dans une vie faite de production necessaire dans une nation à la démographie controlée. C'est une révolutionnaire dans son genre. Si 60 millions de français touchaient le rmi, ça nous ferait......180 milliards de francs (voyez en euros) bill gates à plus de pognon que ça.

2 comments:

Le Monolecte said...

Comme d'autres avant toi, je te choppe la main dans le pot de confiotte!

Donc, je me répète tranquillement : se matter à l'oeil la dernière grosse bousasse commerciale de l'entartement cinématographique mondial, franchement, on s'en fout!
Mais je soutiens le boulot de Pierre Carles dont il faut savoir que c'est son casse-croûte. Or, Pierre Carle est un peu tout seul, car son propos dérange trop pour passer à la télé ou au ciné.
Donc, oui, mattez les films de Pierre Carles, abondamment, mais pensez à rémunérer l'auteur : il le mérite et il n'en demande pas tant que cela!

http://atheles.org/cpproductions/dvd/attentiondangertravaildvd/

coco_des_bois said...

Alors j'ai en effet du faire un raccourci, car en ce qui me concerne, je soutiens son travail plutôt deux fois qu'une, et l'interêt de ce post (je suis loin d'être un pro du blog) était surtout dans le long et - à mon avis - éclairé commentaire.

Sur Dailymotion, je poste perso mes vidéos perso, moi et mes potes quoi... et point barre, mais pour tout le reste, c'est à mon avis surtout un outil de discussion avec support vidéo. Je vais cela dit aller sur la page en question et promotionner le DVD.

Mon approche de son boulot et on en discute parfois :
sur Attention Danger
sur Ni Vieux Ni Traitres

En tout cas, merci de ta vigilance, même si j'ai tendance à rejeter ta remarque à 100% puisque tu ne connais pas du tout mon utilisation de ce site en question.