Chavez et les menteurs

Allons-y, encore un étron pondu par une des organisations les plus détestables qui soient : RSF.

Il me semblait évident que pour la visite de Chavez (le très controversé comme disent humblement les journalistes de France Inter) en France, nous aurions droit à un regain de connerie dans nos médias (qui par ailleurs jouissent d'un fabuleuse liberté de ton et d'une pluralité infinie).


Suite donc du feuilleton (rassurez vous des titres comme ça j'en ai encore des tonnes) "Chavez et ...".

Jetez donc je vous prie un oeil attentif à cette dégoulinante liste de mensonges made in RSF.

Jetez ensuite je vous prie un oeil à cet article de mondialisation.ca.

Notons tout d'abord une différence fondamentale : l'article de RSF n'a aucune source, aucun renvoi, c'est une liste de conneries que rien ne vient étayer ou confirmer d'aucune façon.

et pour cause

Ce rapide panorama de la presse vénézuelienne, qui ne concerne que les éditions du 19 et 20 novembre 2007, démontre à quel point les propos tenus par Robert Ménard ne sont que pure désinformation et sont complètement déconnectés de la réalité médiatique vénézuelienne. L’immense majorité de la presse privée du pays, qui représente 80% des médias, est d’une virulence extrême – souvent à la limite du fanatisme – à l’encontre du président Chávez. Accuser ce dernier de constituer un obstacle à la « liberté d’expression » frise le ridicule. Tout spécialiste de la réalité vénézuelienne digne de ce nom peut attester de la liberté de ton dont font preuve les médias – liberté de ton qui serait inacceptable dans la « patrie des droits de l’homme » qu’est la France (Il est ironique de voir que Robert Ménard s’adresse à Nicolas Sarkozy, dont la mainmise sur les médias français est stupéfiante, pour protéger la liberté d’expression). Toute analyse empirique, même superficielle, débouche sur cette conclusion. Par conséquent, RSF n’est pas crédible dès lors qu’elle distille de telles contrevérités qui, de surcroît, sont aisément récusables.
Quand RSF se dresse-t-il contre la censure d'un affiche d'une organisation étudiante représentant le président, et l'intimidation de ses protagonistes ?

Quand RSF se dresse-t-il contre les manipulations au sein des rédactions des plus grands journaux français ?

Quand RSF a-t-il dénoncé l'omniprésence de sarkozy dans les médias, les parti-pris de la quasi totalité des éditoriaux, et la visibilité quasi nulle des mouvements contestataires ?

Robert Ménard et son organisation ne sont pas crédibles lorsqu’ils affirment être uniquement intéressés par la « liberté de la presse ». En réalité, ils défendent un agenda politique indéniable et mènent une croisade acharnée contre le gouvernement démocratique et populaire d’Hugo Chávez. Il est temps que RSF quitte enfin son masque et dévoile au grand jour son vrai visage.

Et c'est tellement flagrant et tellement martelé dans tous les médias, que RSF ne risque pas de passer pour des fous et nous assomant de contre-vérités ! Un mensonge bien souvent répété finit par passer pour une vérité.

En complément et cité dans les références, un article de Mélenchon au sujet de la "fermeture" de RCTV, c'est savoureux, vraiment.

Que RSF crève la gueule ouverte sur le trottoir.

6 comments:

emcee said...

Bravo pour ces deux articles. Je n'ai pas pu lire en entier les liens que tu as donnés: c'est insoutenable.
Il va falloir les reins sacrément solides à Chavez pour ne pas jeter l'éponge.
A moins qu'ils n'aient sa peau avant.
Nous sommes cernés de toutes parts. Tout le monde se rallie à cette folie libérale, il n'y a plus de contre-pouvoirs et la population est lobotomisée.
Que faire?

emcee said...

Tiens, un mec du PS (Benoît Hamon) qui pense à gauche. Ca n'a rien à voir avec ton billet, mais si ça peut remonter un peu le moral des troupes ...
http://www.dailymotion.com/video/x3k5po_071122-benoit-hamon_news

coco_des_bois said...

Mais qui est cette infecte conasse qui est assise sur un siège de journaliste ???

emcee said...

Bof, elle n'est pas pire que les autres. TOUS les autres.
Et en plus, elle le laisse parler, c'est dire qu'on a vu et qu'on voit pire!
Je ne sais même pas ce que c'est comme télé, ça.
A quand au moins UNE télé où, comme au Venezuela, la gauche peut s'exprimer?

jenny suarez-ames said...

Attends, soit il est très tard et ma sénilité précoce joue à bloc (possible), soit l'article de Mélenchon (lu à la va-vite, j'avoue) est bien, argumenté, simple. Je ne sais pas, un jour j'irai sur le ouèbe à des heures décentes et avec des lunettes.
Faut que je me couche, là, sinon je meurs et c'est mal.

jenny suarez-ames said...

pc: t'as un mèle.