La psychologie du flan

Je pensais mettre la photo d'un flan, mais je préfère une bonne jelly bien molle, c'est encore plus parlant.

Question

Quelle est la différence entre un canard ?

Réponse en images avec le chef des jellys : François Hollande sur France Inter hier matin.

Voici en vrac les perles que j'ai relevées... attention c'est du lourd.



On est la seule force qui peut être une alternative à nicolas sarkozy ... et à la droite
Oui, c'est une façon de voir les choses, comme depuis longtemps, le PS est effectivement électoralement l'alternative, mais voyons si c'est le cas idéologiquement.
Demorand : On dit que vous avez perdu votre sens de l'humour
Hollande : Ecoutez ça serait très difficile de me l'arracher, c'est aussi fort que mes convictions socialistes.
En effet, il faut une dose d'humour sans bornes pour affirmer une telle connerie

le seul sujet qui compte, l'urgence du pouvoir d'achat

les émeutes amènent à parler de la nation, de la citoyenneté

il faut une conférence sur les salaires
encadrement des loyers
prix des carburants, taxe sur superprofits petroliers
marges sur les producteurs répercutés (grande distrib)

grenelle du pouvoir d'achat

comment faire pour être les meilleurs dans la mondialisation, pour être les plus compétitifs

Besancenot est dans la contestation, mais si le PS etait dans la contestation, ce serait la fin !
37 ans et demi pour tous ? on serait dans la radicalité ! allons-y ! et pis on peut augmenter de 25 à 30 % le smic ! c'est ça la radicalité ? nous c'est de dire il faut faire des réformes
nous, nous avons à faire des propositions sur le pouvoir d'achat, sur la relance de la croissance, sur la compétitivité, sur la mondialisation !
être socialiste, c'est être dans l'ouverture d'une autre société ...

nous on est pas simplement là pour utiliser les grèves parce qu'elles sont là ...
il faut pas simplement la grève pour la grève ...

La Chine c'est pas la Lybie ! hein attention, c'est pas l'Iran non plus ! on est pas dans de la prolifération, on est pas dans les conditions où le nucléaire peut amener à des armes nucléaire, elles y sont déjà ! (ce qui est rassurant)
Voilà, enfin je sais pas vous, mais moi j'ai l'impression de voir pompidou :



Voilà, c'était juste pour dire pas grand chose, si vous pensez encore que le PS est de gauche, ben réfléchissez à deux fois, si vous pensez que tout ce qui est à gauche du PS est "radical" ... re-pensez-y un peu. Demain quoi, une alternance ? Demain Sarko aura tellement foutu le bordel qu'on aura une alternance ? Nan, tout sauf ça... on a quelques années pour détruire le PS et faire autre chose. Enfin bon faut y croire non ?
Sinon, ben vous avez le programme hein : croissance compétitivité et mon cul sur la commode.

7 comments:

cécile said...

Il y en a un qui se distingue en ce moment au ps c'est benoit hamon qui dit d'ailleurs qu'il a du mal à cohabiter avec valls…

coco_des_bois said...

Ouais, ces socialistes qui n'arrivent pas à prononcer le mot "socialisme" me dégoutent. Qu'ils assument comme leurs potes et achèvent la bête, Valls en premier, il doit enrager tous les soirs de ne pas avoir eu sa place au gouvernement ...

Hamon dit des choses intéressantes, mais il faut plus que ça pour nettoyer le PS, 30 ans de libéralisme, y'a des cadavres dans tous les placards...

vlg said...

flotch, flotch fait le "socialiste" quand on le remue un peu.

cécile said...

@vlg : j'adore ! ;o)

Jenny Suarez-Ames said...

Chez Stock les éditrices l'appelaient le beignet. Je trouve ça pas mal (en plus j'aime pas les beignets — ni la jelly d'ailleurs).

Jenny Suarez-Ames said...

J'aime bien les guillemets à "socialiste".
Hin hin.
J'ai peur qu'on soit pas près de les retirer, hélas.

emcee said...

Plutôt que vert, le flan (même s'il est répugnant à souhait), je l'aurais vu jaune, bien jaune.
On ne peut plus rien espérer de ce côté là, la messe est dite.
Oui au "mini-traité" en catimini, oui aux 40 annuités pour tous, oui à la répression, oui aux privatisations, oui au libéralisme, oui au fichage, j'en passe.
Il est où le rêve?
Ils n'ont pas de figure.
Pareil pour les syndicats affiliés.
Qui se servent des travailleurs pour montrer les dents et qui les font rentrer au bercail pour aller négocier ce qu'ils avaient déjà concédé avant les actions.
Après leur avoir fait perdre beaucoup d'espoir, d'argent et toujours plus de leurs droits.
Ce sont tous ces gens qui ont fait perdre progressivement tous leurs acquis aux travailleurs. Ce sont eux qui mettent la population sur la paille, par leur incommensurable veulerie, leurs ambitions démesurées et leurs calculs vénaux.

La morgue en plus: le minisse des affaires qui lui sont étrangères ne répond qu'aux questions où il pourra placer sa propagande.
http://www.rue89.com/2007/11/28/les-emportements-du-chef-de-la-diplomatie-bernard-kouchner
Pas de figure, je disais.