Ma religion

Hier je tombais sur une télévision tierce (les lecteurs avisés comprendront, les autres nageront dans un océan de perplexité) sur une émission genre "spéciale BHL" ... ouh je me dis ça va être du lourd, du costaud, le genre de dégoulinade de platitudes comme on les aime à la télé (que je n'ai pas - ça y est je l'ai dit).
Bon, je vous coneille une pré-lecture des différents articles du génialissime Seb' Font' au sujet de BHL, y'en a quelques uns de bien tendus du slip...


J'ai donc eu droit à une apparition d'Oliver Besancenot (très calme et toujours très intéressant de mon point de vue) trop courte, histoire d'entendre BHL débiter quelques conneries sur la "secte gauchiste". Mais en parlant de secte - prémisse à toute religion - je voudrais parler de ce qui sous-tend le discours débile d'un BHL comme d'autres.

La Croissance.

La croissance, pour un mec comme BHL, il l'a encore dit, en fustigeant la décroissance - ou plutôt l'idée qu'il s'en fait - ou plutôt l'idée qu'il voudrait que ses auditeurs en aient - et ces tarés qui voudraient nous faire revenir à l'âge de pierre ... et bla bla bla...
La croissance c'est une religion, un culte, dont les apôtres sont multiples et omniprésents, le culte d'une pratique hautement destructrice et meurtrière, pas seulement en terme de vies au moment présent ou passé, mais en terme de futur.
Et partout tout le temps on doit s'incliner, louer ses bienfaits que la réalité contredit sans arrêt.

La croissance apporte l'emploi (rapelez moi depuis combien de temps on est en croissance en France et dans le monde)

La croissance apporte la paix, le bonheur, la joie et la liberté.

On dépèche des émissaires spéciaux pour assurer l'avenir de la croissance, un certain Attali par exemple... il faut lire cet article, il y a tout d'un évangile.
Les propositions de M. Attali "s'articulent autour de deux grands axes: accroître la concurrence pour augmenter le pouvoir d'achat et mettre la politique du territoire et du logement au service de la croissance", a déclaré M. Martinon.

Afin de mettre la concurrence "au service du consommateur", le rapport d'étape préconise la création d'une "Autorité de la concurrence", indépendante et unique, ainsi que la possibilité pour certaines "associations représentatives et agréées" de lancer des "actions de groupe". La CLCF recommande toutefois d'encadrer précisément ces "class actions" à la française pour éviter les procédures abusives.
Ahhhhh.... c'est bôooooooo !

Ca veut dire quoi ? bon en gros fusiller les lois sociales, ça c'est en cours. Augmenter le pouvoir d'achat ! Une pure merveille, acheter plus pour ... pourquoi on sait pas, mais acheter plus, jeter plus, bouffer plus, plus plus plus, rassurez vous, c'est la pure vérité, plus vous vous goinfrez de merdes made in china, plus la croissance va bien, plus vous polluez, mieux elle se porte... changez donc de téléphone portable tous les 6 mois, la croissance adore ça... d'ordinateur tous les ans, un vrai régal ! achetez vous des pompes tous les mois, une merveille !
Peu importe après tout ce qu'il y a derrière, comment finissent nos bijoux technologiques, il faut consommer, nous avons dépassé la société capitaliste, c'est une société de consommation pure, qui tient à un fil.
Moi, je ne suis pas un consommateur, je suis au pire un citoyen, je ne me définis pas par mes actes de consommation, je ne rentre pas dans un putain de panel, je ne suis pas une stat dans un sondage, j'emmerde le PIB.

Sur le sujet de la décroissance, je vous conseille cet article, qui est bien posé à mon sens.

La société de croissance n'est pas soutenable, et le «développement durable» n'est qu'un gadget à ranger sur le rayon des tartes à la crème. Ce n'est pas l'adjectif «durable» ou «soutenable» qui est en cause, mais la notion même de développement. C'est évidemment sur ce point que la notion de décroissance est extrêmement choquante puisqu'elle sous-entend qu'il y aurait un «au-delà du développement», idée presque impensable qui remet en question tout l'imaginaire occidental, fondé sur une croyance aveugle dans le mythe du progrès depuis plus de deux siècles.

La décroissance n'est certainement pas un nouveau dogme idéologique, fourni clés en main à une humanité désorientée par les échecs du socialisme et du capitalisme. Elle est fondée sur une autre représentation du monde. Je pense en effet qu'elle se rattache à ce que l'histoire a retenu sous le nom de «romantisme révolutionnaire», une sensibilité singulière qui relie des penseurs comme Michelet, Fourier, Marx, Engels, Ernst Bloch, Georges Bataille, Walter Benjamin, Henri Lefebvre, l'expressionnisme, le surréalisme et les situationnistes. Il est possible d'en résumer l'essentiel de la manière suivante : le dépassement de la banalisation utilitaire dans l'usage du monde n'est possible qu'à travers une nouvelle culture capable de réintégrer l'imagination poétique au sein des activités et des orientations humaines. Cette élévation est seule en mesure de réveiller un authentique sens commun. Le romantisme s'insurge contre la mécanisation, la réification, la rationalisation abstraite et la quantification des rapports sociaux. Comprise comme un idéalisme objectif, la très jeune idée de décroissance peut revivifier la notion d'utopie dévoyée par les monstruosités du siècle précédent. Mais, en même temps, il ne faut se faire aucune illusion, le chemin sera rude – ce qui ne veut pas dire triste, car la décroissance nous invite à un usage de l'espace et du temps porteur d'une «éthique du partage, de la justice et de la fraternité».
Toute personne qui admet du bout des lèvres que l'environnement est menacé, qui admet que nous avons flingué une bonne partie de la planète durablement, que le pétrole finira plus vite que prévu par se tarir, toute personne qui entrevoit ces faits et qui continue à louer religieusement la croissance est une ordure ou un abruti fini, et dans les deux cas il lui faut un traitement de choc.

Je préconise le goulag.

Commençons donc par les socialistes !
Moins de croissance, c’est aussi moins de recettes fiscales pour le budget du pays. Les Français vont donc payer une deuxième deux fois le paquet fiscal, car la dégradation de nos finances publiques est désormais inévitable.
C'est pas du gros discours bien bourrin de droite ça ?

La croissance, c'est la croissance des profits de quelques uns. C'est un niveau de vie de gros porcs d'occidentaux gavés de merdes qui tient à la destruction systématique de l'environnement. C'est ça la croissance, et son nouveau testament c'est quoi ?
La croyance dans l'idée navrante que la science (les pesticides, les substances cancérigènes, les OGM, le diesel) va résoudre les problèmes que ... euh ... ah ouais qu'elle a causés. La science ne nettoiera pas les cours d'eau, les nappes phréatiques, la science de supprimera sans doute jamais les déchets nucléaires, elle ne fera pas repousser les forêts primaires, revivre les poissons et les multiples exctinctions d'espèces que la croissance a généré.

Il est souvent fait un parrallèle entre une famille et la France pour expliquer que décidément on est en crise, on aplus de sous et patati et patata... mais on ne parle jamais des ressources de cette famille, où habite-t-elle ? dans une éprouvette ? dans l'espace ? hors-sol ? cette famille c'est simple, elle est morte depuis longtemps car les déchets de son activité l'ont étouffé en même temps que sa suffisance.

18 comments:

vlg said...

Merci pour ce très bon article et pour le lien vers l'interview de Jean-Claude Besson-Girard.

Tu dis :
«Toute personne qui admet du bout des lèvres que l'environnement est menacé, qui admet que nous avons flingué une bonne partie de la planète durablement, que le pétrole finira plus vite que prévu par se tarir, toute personne qui entrevoit ces faits et qui continue à louer religieusement la croissance est une ordure ou un abruti fini, et dans les deux cas il lui faut un traitement de choc.

Je préconise le goulag.
»

C'est pas que l'idée d'envoyer au goulag les abrutis et les ordures me rebute, loin de là, mais là on risque la surpopulation carcérale. Je pense qu'on peut commencer par suggérer à ces personnes l'idée de la décroissance, dont elles n'ont peut-être pas entendu parler, et qui risque de ne même pas les effleurer dans l'ambiance consommatrice actuelle. Ça devrait les convaincre immédiatement, surtout si on leur rappelle que les ressources sont finies, donc la croissance ne peut pas être infinie, et notre civilisation ne peut pas durer éternellement sur les bases actuelles. C'est tellement évident, merde !

Et en cas de réponse «Boah, y a le temps!» ou «Mais tu veux retourner au moyen-âge» --> goulag immédiat.

coco_des_bois said...

T'as raison, c'est une formule choc causée par l'emballement ...
Mais c'est aussi surtout comme tu dis pour souligner la profonde hypocrisie de ceux qui disent être sensibilisés par l'environnement et continuent à faire comme si de rien n'était, sous prétexte que "mais quand même une télé écran plat c'est plus joli" ou que "mon portable il marche pas super super bien j'ai l'impression, regarde il marche pas bien sous l'eau, m'en faudrait un nouveau là"

On veut tout, tout le temps, c'est profondément égoiste et radicalement du domaine de la psychiatrie de masse, et pour rappeler tout ça aux gens, il faudrait faire quoi (entre autres) ? Faire sauter ces médias pourris.

vlg said...

Tu as raison, cette hypocrisie est insupportable. Mais ils n'en sont parfois pas même conscients, à force de matraquage «consommez, c'est le bonheur», voire «changez de voiture, c'est bon pour l'environnement» (y a des pubs comme ça), ou encore «achetez tel produit, on plante un arbre». Je suis peut-être trop indulgent, mais si on peut les réveiller (à grand coups de claques éventuellement) au lieu de les emprisonner, ce sera plus constructif.

Et on en arrive toujours à la même conclusion : il faut faire sauter ces médias pourris et éradiquer la publicité.
À bas le PPA, vive la Sardonie libre !

Anonymous said...

a c'est bien dit, je suis conne j'ai meme pas tout lu, mais connais le style d'attaliquejevomis, t'as de bons gouts toi aussi, c'est bien c'est bien, vive la sardonie libre aussi :) mais vous deconnez pas bcp les mecs la, allez, faut faire la fete, j'ai besoin d'un peu de gaité dans ce monde de brute moi.
on risque bien surpopulation, mais bon, ca leur ferait les pieds, :)
pi ca soulagerait quelques minutes :)
(minime)

Anonymous said...

pi la decroissance c pas compliqué a envisager en fait, suffit com d'ah de faire comme s'il nous restait un semblant de faculter a reflechir
com ca on arreterait de se faire entuber au carré.
(minime qui trouve que google blogger c chiant, mais qui trouve tout chiant par moment, dites vous avez pas des blagues, je sais pas moi, j'en é pa la)

emcee said...

Ce qui me fait marrer, c'est l'autre débile minissimo (aucune allusion à l'auteure des posts précédents)qui bonimente: "Mais consommez, bordel, je veux une croissance à 2, non à 2.5, NON, à 3, NON, à 3.5! Et qu'ça saute!".
Ouais, on y va, on y va.
On va se dépêcher d'aller acheter des sacs Buiton, des costars Pravda, un quatrième écran plat, un cinquième 4x4 et tout ce qui va avec, foie gras, saumon et champagne.
Pas de problème. Avec les suppressions de postes de titulaires, avec la précarité des emplois proposés, avec les loyers toujours plus élevés, l'EDF qui flambe, avec tout le reste des factures, les franchises médicales et même le pain, ma brave dame, qu'on n'aurait jamais pensé qu'il dépasserait le franc symbolique, c'est sûr qu'il va nous rester plein de thunes pour faire plaisir à Sa Petitesse.
Il n'a qu'à demander à ses potes, les riches, de faire un effort. Après tout, ce serait un renvoi d'ascenseur légitime.
Qu'ils courent se payer un deuxième yacht, un nouveau jet, un séjour dans un hôtel de luxe; qu'ils organisent des mégateufs à St Trop' ou au Louvres.
Parce que, non seulement ils ont l'argent, eux, mais en plus, ils ont le temps.
Et si ce n'est eux, ce sera leur feignasse de progéniture.
C'est presque hors sujet, mon truc, puisque, finalement, la décroissance, elle nous est carrément imposée.
Elle est pas belle, la vie?
Et on se plaindrait?
Arrrgh.

coco_des_bois said...

Tu sais quoi, t'as parfaitement raison, et c'est même avec une hypocrisie farouche que la plupart des connards qui vouent ce culte à la croisance renvoient les décroissants à leur grotte :

"mais enfin vous êtes salauds, c'est les pauvres qui vont trinquer, et pis comment imposer la décroissance à la chine... et bla bla ..."

tous ces faux arguments pour que les riches puissent continuer à entasser leur pognon... et si on supprimait le pognon ??? genre on fait sauter des réserves d'or ou on pulvérise les places boursières ? on balances des virus ... je sais pas moi, que l'on se rende compte enfin que les riches ne sont riches que parce que :

1. ils ont des chiffres plus gros sur leur compte en banque
2. on les laisse faire

... suffirait de pas grand chose quand même

Jenny suarez-ames said...

Non, rien, c'est juste pour dire que ça fait du bien de lire avant d'aller se pieuter après une journée de 13 heures et une nuit au burlingue "Je préconise le goulag".
Good night camarades.

Anonymous said...

non mais sinon moi hier j'ai regardé les prix des 4*4, juste pour avoir une idée. Ben ca fait quand meme, ca depends les prix dans les 25 000 a 45 000 euros, soit tout de meme dans les 10 ans de rmi... et dire que ce pays meprise les pauvres parce qu'ils coutent trop cher...ca me degoute dis donc. jaime pas les voitures rien a faire, mais les grosses alors .....tant que les gens qui ont en acheté ne comprendons pas le mal qu'ils font...la...(minime)

Anonymous said...

ouais, elle est pas belle la vie emcee :) et je te fais des bisous :) (tjs minime), decroissant decroissons. dans notre coin y'en a des decroissant, enfait la campagne c bien pour ca :), pi on est moins soumis au matraquage publicitaire and co, on a pas assez de pognon pour bcp pour consommer, alors quelque part on s'en porte bien mieux :)

vlg said...

minime a écrit : «on a pas assez de pognon pour bcp pour consommer, alors quelque part on s'en porte bien mieux :)»

Eh oui, la décroissance, c'est aussi la joie de vivre ! Les consommateurs finissent esclaves de leurs biens (entretenir le 4x4, nettoyer la piscine, sécuriser la maison secondaire... c'est des soucis!).



Le bourgeois n'a d'autre rêve que de posséder, alors que l'artiste n'a d'autre possession que ses rêves.

(Manu Larcent, in Une Rocambolesque aventure de Vincent Van Gogh : La Ligne de Front)

emcee said...

Bin oui, esclaves de leurs biens.
Le 4x4 (ou tout autre véhicule mahousse costaud), non seulement, il faut l'entretenir, lui donner son biberon, mais en plus, il faut faire gaffe à ce qu'il ne soit pas volé (d'où, entre autres, supplément garage).
L'angoisse. C'est comme si tu te promenais avec ton coffre à bijoux dans ton sac.
Alors, s'angoisser pour un tas de ferraille, c'est pas une vie de mortel, ça.
Et, parallèlement, tu ne vis plus que dans un monde de suspects.
Et tu ne peux donc copiner avec personne. Pas coule.
Mieux vaut une franche rigolade autour d'un plat de spaghetti et un petit vin du pays, moi je dis.

Autre chose:
Dernièrement, j'ai eu l'occasion d'aller (en covoiturage) à St Tropez voir une expo.
Etonnant: les places de parking sont bien larges, contrairement à l'habitude, où il faut faire 40 manoeuvres pour caser une Smart.
Compris pourquoi: il y a un parc de 4x4 (et autres mastodontes) impressionnant au m2. Faut bien leur faire la place qu'ils méritent..
C'est à la sortie du parking que ça douille.
Et c'est pas comme la vignette. Tout le monde paie pareil.
Bah, vous me direz: "fallait pas y aller". Quand même!

Anonymous said...

o vlg fait de jolie citation, t'auras le droit de venir chez moi toi, on picolera, ou on ira dans la campagne pour faire un pique nique, t'ammeras une bouteille, je peux pas trop t'acceuillir chez moi, c mon mari, il veut pas comprendre :)

recoucou emcee :)
moi j'ai pas de coffre a bijou et les bijou j'en veux plus :)

(minime qu'a envie de jouer, mais y'a un nuage qui passe, elle prefere le soleil minime rien a faire :) ) (enfin ca depends des moments :) )

Anonymous said...

o fo pa avoir de religion
oui je dis des conneries sur les titres :)

sinon coco tas un bon style, felicitation :) (minime)

coco_des_bois said...

Merci minime !
Toi tu as un style disons particulier, mais j'adore ton enthousiasme bordélique, ça fait plaisir.

La forêt, les zozios, du vin et un poil de soleil (ou pas, je m'en tape)... le bonheur. Avec un de mes vélos aussi ...

Minime said...

a ouais ta de la chance, moi mon velo est degonflé et j'ai pas de pompe :) je sais toujours pas faire de pompes et c pas mon genre d'essayer :) trop fluette ou pas (non je vais pas tenter d'en faire ce serait trop laborieux :) )
oui g la tete dans les nuages si je veux :) et ici c un peu com paris c souvent nuageu :)

cécile said...

Ahhhrrrg ! Attali je l'ai entendu sur Inter ce matin, des grands magasins, des grandes surfaces partout aux abords des villes (comme si y en avait pas assez !)… c'est ça qu'y veut pour créer des empois, relancer la croissance… En ce moment (peut-être le fait d'avoir travaillé plus pour gagner plus…) je n'ai pas les moyens de consommer avec tout ce que je paye… Mais c'est pas grave… Il me font chier tous ces gros cons de riches qui ne comprennent rien à la vie… (T'as vu la nouvelle Audi ??, ouahh il est bô ton 4x4, etc…) Ahh ! Et puis l'A380 est sorti, Ouuuffff… Y sont contents (chouette…) Quand y aura plus de quoi nourrir ces petites bêtes là il faudra bien trouver des solutions…
Mais je vais bosser en bagnole, je devrais fermer ma gueule…

Jenny suarez-ames said...

Moi demain je vais bosser dans ma jolie PME sur mon joli vélocipède pour retrouver mes amis et néanmoins collègues et on va se faire beaux et belles, surtout, pour vous donner envie de prendre plein de jolis livres pour faire vos cadeaux de Noël:
ex. : une série COMPLETE de polars en grand format
ex. : un livre ESSENTIEL sur LA guerre de Suisse
ex. : un livre sur Mars, enjeux et je sais plus quoi
ex. : d'autres polars superbien
ex. : l'occupation vue par le cinoche
Alleeeeeeez, viendez.