Pas assez de volume

Un film indispensable.

... à mes yeux.

Reconnaître que nous ne sommes pas libres, que l'OMC, cette organisation mafieuse illégitime dirige le monde selon les interêts de quelques trans-nationnales.
Un film plutôt simple dans la forme, mais qui aborde tous les domaines auxquels s'attaque depuis sa création (tellement récente qu'on en oublie qu'elle ne date que de 1994) l'OMC, héritière de GATT.

Qui a entendu parler de ce film ?
Pas moi...
Maintenant, c'est réparé, je peux ajouter quelques notes sur l'OMC à mes revendications personnelles, je peux mettre un peu mieux en lumières les combats des anti à Seattle, ces sommets ridicules à Doha, et ce froid cynisme qui nous gouverne, celui qui fait dire à Chirac et Jospin en choeur "l'environnement a été pris en compte et c'est bien" quand on tente de privatiser ce secteur et de l'ouvrir à la concurrence.

Anecdote, qui peut permettre de comprendre les récentes déclarations de Sarkozy :
A l'Afrique : "vous avez besoin de nous, mais nous n'avons pas besoin de vous"
Au moment de l'interdiction des farines animales pour l'alimentation des poulets en France (et ailleurs en Europe), des quantités énormes de poulets sont venus s'ajouter à nos excédents de production agricole. Le principe du capitalisme veut que toute surproduction n'attend que la découverte de nouveaux clients... Le Sénégal, membre de l'OMC, n'avait pas le droit de limiter ses importations de poulet, logique non ? Prix cassé en deux, imoprtations qui passent de 50 à 10 000 tonnes en 4 ans, les éleveurs locaux ferment boutique, logique.

La France n'a pas besoin de l'Afrique pour exploiter l'Afrique, fini la colonialisation, on exploite les Africains à distance, en leur vendant du poulet et en rachetant leurs entreprises de service public que l'OMC leur a demandé (ordonné) de privatiser.

L'OMC est sans doute une des pires organisations sur cette planète. (et ça c'est mon avis)

3 comments:

Scheiro said...

Je me demande si tu ne fait pas un amalgame entre l'OMC et le FMi, Coco, mais ça n'a aucune importance. Parce que ce tu dénonces est parfaitement exact et ce sont là des pratiques qui remontent bien avant la formations de telles institutions. Mais le phénomène de l'évacuation des surplus pour maintenir les coûts sur le marché intérieur a pris une grande ampleur au cours de la dernière décennie.
Et pourtant la France refuse de modifier la PAC qui déséquilibre la production, car il est certainement plus juteux de prospérer sur le dos des économiquement faibles et de récupérer ses billes, sous forme de subventions, dans le système des contributions financières européen.

coco_des_bois said...

En fait il faut voir le film, à priori je pense que l'auteur ne fait pas de mélange, il va très sérieusement pendant 3 ans interviewer les responsables de l'OMC, et les entretiens sont vraiment impressionnants, les discours du Français Lamy sont limite d'une autre planète...

Mais bien sûr tout ça ne rentrera jamais dans les programmes des élections, on nous le repête tous les jours, la mondialisation est inéluctable, on essaiera de nous refourguer un autre TCE d'ici 2 ans...

Scheiro said...

Oui, je pense qu'il me faudrait voir le film pour en discuter, mais, même sans l'avoir vu, je suis persuadé que les mécanismes économiques que tu décris sont probants.
La seule chose sur laquelle je te contredirai, c'est sur la mondialisation : elle est en passe d'échouer car les zones, les territoires où l'anomie - le bordel - politique et économique s'installe sont de plus en plus nombreux. Même les ONG n'arrivent plus à y accéder, alors les fonctionnaires du FMI ou de l'OMC, n'en parlons pas...