Bigard joue les Marion sur France Inter

France Inter
09 09 2008

8h30 Revue de presse Frédéric Pommier

Ça mériterait peut être qu'on en parle non ?
Jean Marcel Bouguereau dans la République des Pyrénées.
Il y a des des événements qui bizarrement sont passés sous silence.

Prenez les déclarations de J M Bigard, reprenant les folies paranoïaques de Thierry Meyssan à propos des attentats du 11 septembre silence dans les rangs... Alors en deux mots voilà ce qu'il s'est passé.
Vendredi sur une radio, J M Bigard a joué les Marion Cotillard, comme elle il a remis en cause les attentats de 2001, les deux avions qui se seraient écrasés sur la forêt et le pentagone n'existent pas, il n'y a jamais eu d'avion, c'est un mensonge et c'est un missile américain qui a frappé le pentagone. On connaissait le Bigard scato, on connaissait le Bigard catho, commente Gérard Careyrou dans France Soir, mais on ne connaisait pas encore le Bigard Géopo, et celui là on regrette déjà de le connaître. Toutefois précise l'éditorialiste, ses élucubrations d'un fantaisiste connu ne doivent pas être prises à la légère et avec le sourire. C'est aussi semble-t-il l'avis du Parisien aujourd'hui en France, qui à deux jours du 7eme anniversaire des attentats ouvre aujourd'hui ce dossier "11 septembre, pourquoi l'absurde rumeur persiste".

Pourquoi ? Hé bien parce qu'il est quasiment impossible de lutter contre ce phénomène de la rumeur explique Pascal Froissard chercheur au CNRS - et spécialiste de la rumeur - le fait de démentir diffuse encore la rumeur. Ma consoeur Valérie Mahaud lui demande, "mais comment peut on croire que les attentats du 11 septembre sont un mensonge ?" "D'abord parce qu'on aime se faire peur" répond-t-il dans le cas du world trade center, c'est avec la théorie du grand complot qu'on entretient nos frayeurs, en pensant que la version officielle est fausse et qu'on nous cache la vérité, c'est précisément cette théorie qui a donné naissance à un pseudo documentaire, Loose Change, qui vraisemblablement fait un tabac sur internet. A lire, toujours dans le Parisien, le conspirationniste Dylan Avery reprend à son compte toutes les rumeurs et s'efforce de les ériger en vérités à coup de vidéos et de témoignages savamment sélectionnés. Ainsi, celui de ce badaud, qui affirme ne pas avoir vu de hublot sur l'un des avions qui s'abat sur les tours, conclusion, c'est un avion militaire.
Certains ont vu un trait lumineux avant l'impact du deuxième avion, le réalisateur zoome sur la vidéo, revient en arrière à 10 reprises... Vous avez vu ? interroge-t-il ? Nan ... on n'a rien vu, rien d'autre que des pixels grossis à l'extrême mais qu'à cela ne tienne, selon lui un missile a bien été tiré du deuxième avion, indéfendable, et imparable à la fois. Quant à Bigard nous dit-on, il persiste et il signe ... effrayant.
Alors il ne faut pas se tromper, une revue de presse, ce n'est pas "neutre", ça ne tombe pas du ciel. Le journaliste nous livre ainsi sa vision d'un événement à travers son propre filtre. Et le moins qu'on puisse dire c'est que le filtre déforme ...

Il y a des des événements qui bizarrement sont passés sous silence. Prenez les déclarations de J M Bigard, reprenant les folies paranoïaques de Thierry Meyssan à propos des attentats du 11 septembre silence dans les rangs...

Passé sous silence ?
Alors petite expérience : essai de recherche google, le 10/09 2008
Je vous envoie vers la page 8 des résultats, c'est à dire aux alentours du 7 septembre, et là, le silence médiatique, ça se traduit par des articles :

Alors je sais pas vous, mais moi je trouve pas que ça ressemble à un silence médiatique, et à voir la forte ressemblance et le ton des articles, ça ressemble même à un lynchage...
nouvel obs
callenges
mediapart
rue89
JDD
plus avant dans les résultats : voici, tf1, purepeople, 20 minutes
... etc etc

Inutile de dire que le qualificatifs des propos est proprement insultant, folies paranoïaques, qui se permet de parler ainsi en tant que journaliste ?

Pour mémoire, voici ce que pense un pilote professionel de la présence d'un avion dans le pentagone, on est bien plus proche de l'époque des faits :


On peut continuer à décrypter ce texte ridicule, le mensonge maladroit qui consiste à dire "il remet en cause les attentats" ... phrase qui ne veut rien dire. Bigard "fait sa Marion", on apprécie le précédent, on ne peut pas s'attendre à un peu plus de recul, Bigard n'a pas la chance d'être mignonne et d'avoir "gagné" un oscar, en fait c'est même exactement l'inverse, Bigard a une tare, c'est un "comique" ... et en plus il est "scato", il est grossier. De fait, il ne peut en aucun cas avoir le moindre avis pertinent sur quoi que ce soit d'autre que le lâcher de salopes, loqique, imparable pour reprendre les termes ci dessus. Mais souvenez vous Marion y avait eu droit, une actrice, de quel droit se permettait-elle de causer dans le poste pour dire autre chose que "merci, j'aime ma famille et mon réalisateur, et c'est un très beau film".
Les journalistes ont le monopole de la parole, et ainsi que professe régulièrement Val, le reste est élucubrations et bande de tarés, internet, repaire d'islamo-crypto-fascistes dingues et drogués.
On a bien démonté le messager, maintenant, on démonte le message ?
Bien non, on démonte le phénomène présumé : la rumeur.
Le mouvement pour la "vérité" ou "la réouverture des enquêtes" appelez le comme vous voulez, ne serait rien d'autre qu'une rumeur de comptoir, analyse de spécialiste à l'appui ! Putain le CNRS ! C'est pas le bloggueur fou lambda ça, c'est du sérieux !

Plus loin :
le conspirationniste Dylan Avery reprend à son compte toutes les rumeurs et s'efforce de les ériger en vérités à coup de vidéos et de témoignages savamment sélectionnés

Et bien sûr, notre journaliste de revue de presse n'a rien sélectionné, sa revue lui vient de dieu lui même et n'offre à ses auditeur que sa chaste objectivité. Mais pour faire un film, ou un pseudo documentaire, ne vaut-il mieux pas sélectionner les trucs que vous voulez mettre dedans ?
Et plus important, Loose Change a l'air d'être le seul film monté sur le sujet, voilà qui n'est pas ce qu'on appelle une sélection... non...

Vous noterez que malgré le "silence radio" évoqué au début, le journaliste a quand même réussi à trouver quelques articles à charge, c'est un silence tout relatif ! ...

effrayant

Un peu plus tard, la parole est à Hubert Wédrine

Nicolas Demorand : [...] vous étiez ministre [...] pendant les attentats du 11 septembre 2001, on entendait Frédéric Pommier dans la revue de presse faire un point sur les thèses conspirationnistes [dur à prononcer comme mot, ndr] autour de ces attentats, elles vous inspirent quoi ?

HW : Ho beh rien, chais pas.. c'est grotesque

ND : c'est étonnant tout de même qu'elles prospèrent à ce point.

HW : non y'a toujours des gens pour croire qu'on leur cache des choses quand même... on leur cache tout... d'abord y'a des gens qu'ont des visions, pis y'a ceux qui ne voient pas c'qu'est évident... c'est, ça fait partie de l'espèce humaine, simplement, ça se voit plus pasque y'a un écho médiatique, sinon autrefois ça aurait été un gars au café dans un village en train de dire "tout ça c'est pas vrai on nous ment" ... bon ça n'aurait pas plus de portée qu'ça.
Moi je vous le dis, des analyses de cette volée, j'en veux plus, tous les jours !
Ho beh rien, chais pas.. c'est grotesque
Sincèrement c'est autre chose que Bigard ou Marion ! Quand l'ancien ministre cause, ça a de la gueule, c'est pas le bloggueur du coin affalé sur son clavier à se tripoter devant un documentaire débile !

Alors sincèrement, oui, mille fois oui : Ça mériterait peut être qu'on en parle ... mais de cette façon ridicule ? Je ne suis pas certain. Et ne vous y trompez pas, les complotistes, les conspirationnistes, les révisionnistes ne sont pas juste une poignée de débiles français, le nombre ne fait pas la raison, mais oui, ça mérite sans doute qu'on en parle.

Petit complément, article d'un bloggueur fou.
Seulement voilà, la demande de vérité sur le 11 septembre ne se limite pas à Loose Change, ni à Internet. C’est aujourd’hui un mouvement de fond, qui traverse toute les couches de la société US et gagne irrésistiblement le reste du monde. Sans avoir besoin d’échafauder quelque théorie du complot qu’il soit, les gens qui doutent de la fiabilité de la version gouvernementale des attaques du 11/9, telle qu’elle a été relayée sans aucun examen critique par les médias, sont de plus en plus nombreux. Et il se pourrait bien que les défenseurs de la théorie "officielle" du complot islamiste soient un jour prochain minoritaires...
Bientôt une petite analyse d'un intéressant copier-coller de Seb' Font' ...

3 comments:

emcee said...

Billet fort bien rédigé et renseigné, coco.

Alors, on en est à combien, en France, de ceux qui ont réussi à se faire entendre des médias sur le sujet?
Meyssan, et deux saltimbanques. J'en oublie peut-être.
Donc, pas des spécialistes. Et peu crédibles sur le sujet, par conséquent, puisqu'ils sont face à des journalistes "professionnels", qui, eux, "ont les compétences nécessaires".
Sinon, c'est l'omerta. Cela en devient ridicule, cette obsession du secret. On n'en parle pas, donc ça n'existe pas.
Pendant que dans le monde entier, on se pose par ailleurs la question.
Mais nous avons des journalistes zélés, tout soucieux qu'ils sont de ne pas faire de peine aux pouvoirs politiques et financiers.

coco_des_bois said...

Faut-il croire que les ingénieurs américains sont débiles ? que les pilotes américains sont crétins ? pour monter des mouvements citoyens et qui étudient vraiment ces attentats... il ne font pas que répondre et répandre des rumeurs !

Mieux, "press for truth" ... essayons d'imaginer un tel mouvement en France !! Attends, nos médias si nombrilistes ont déjà de mal à accepter l'existence même d'une critique des médias, alors un mouvement "press for truth" ... ça sous entendrait que sur certains sujets, la presse fait bien plus que de la négligence, elle produit de la désinformation.

emcee said...

tout à fait.
Bigard, lui, a été obligé de s'excuser publiquement et de dire pardon, je ne le ferai plus. Où on est là?
Si c'est pas de l'intimidation, faut m'expliquer comment ça s'appelle.