Parler de Cuba

Je discutais avec un co-conspirationiste rencontré via le site Reopen Français, et nous parlions de l'Amérique du Sud, de Chavez et de Castro. Il semblait assez clair pour ce collègue que nous ne pouvions discuter vraiment de la politique de Cuba car son dirigeant était au pouvoir depuis des lustres et que ce n'était tout simplement pas "normal". Nous avions là un gros point de désaccord.

Certains esprits vifs auront vite fait de remarquer "nan mais attendez de toute façon deux fous qui ne croient pas que 19 arabes avec des cutters ont détourné 4 avions le 11 septembre, je vois pas ce qu'ils pourraient avoir à dire de censé !" "nan mais".

Mais bon, pour ceux qui ont réussi à lire jusqu'ici, je poursuis pour appuyer mon raisonnement qui consistait à dire "oui on peut parler de Cuba, oui on peut s'intéresser à son socialisme, à ses institutions, à sa santé, ses services publics, oui on peut observer sereinement ce pays". Et à plus forte raison mon sens quand on sait que Castro n'est pas et de loin un de ces dictateurs Africains ou Américains posé sur un trône par l'Europe ou les USA. Il me semble par exemple qu'il ne s'est jamais fait construire de palais, simple exemple, même si on a bien essayé de nous faire gober il y a peu qu'il était immensément riche...

Bref, tout ça pour en venir à l'article qui m'a fait sourire ce matin. Pour replacer le contexte, il est bon de savoir que Cuba fait figure d'exception aux yeux des instances européennes des droits de l'homme depuis assez longtemps, et qu'il dispose d'un "expert" dédié du fait de son affreux régime très méchant. Le chien de garde de l'europe et des USA n'est autre qu'une sympathique française, Christine Chanet (avec Pascal Lamy, les français dans les instances globales, je les aime d'amour, juré).

Dans l'article en question, on peut lire quelques perles qui sont tout de même assez intéressantes.
Le 12 juin 2007, Christine Chanet, la représentante du Haut-commissariat des droits de l'homme pour Cuba, a essuyé un sérieux revers à Genève, lors de la réunion du Conseil des droits de l'homme des Nations unies. Après avoir présenté son rapport sur la situation des droits de l'homme à Cuba, cette dernière a été l'objet une salve de critiques l'accusant de partialité. Fait sans précédent, pas moins de 26 pays membres sur 47 se sont succédés à la tribune pour désavouer la représentante française et faire l'éloge de l'aide humanitaire fournie par le gouvernement cubain au Tiers-monde (1).
La performance de Chanet a été qualifiée de « farce » par de nombreux membres. Elle a été si peu appréciée que dès le 19 juin 2007, le Conseil a décidé de révoquer définitivement son mandat, malgré les énormes pressions de Washington - dont des appels personnels du président Bush.

Rhoh.... celle là j'avoue que je la trouve délicieuse.
Le 18 juin 2007, le Conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne a adopté plusieurs « conclusions sur Cuba » et a proposé un « dialogue politique intégral et ouvert avec les autorités cubaines [.] sur des bases réciproques, d'intérêt mutuel et non discriminatoires ».
Bon, là au moins vous faites le lien avec ma discussion au sujet de Cuba et la nécessité de pouvoir discuter de Cuba sereinement. Il est évident que l'image de Cuba forgée depuis des dizaines d'années dans nos médias est plus que désastreuse. Le même processus - toutes choses égales par ailleurs - est en route au sujet du Venezuela de Chavez. Mais certains ont l'air de penser que les USA et leurs chiens de garde ont fait long feu. Les serpillères comme ces français aux ordres doivent gicler. Bon, c'est pas une révolution hein, reste à s'intéresser de près aux vrais problèmes, reste à rétablir un pays comme Cuba dans ses droits internationaux.

Parce que fondamentalement, pour pouvoir taper sur Cuba de façon légitime, il faut commencer par se regarder dans une glace "if you want to make the world a better place, got to take a look at yourself and make a change"... bah oui, avant de crier au loup communiste des caraibes, intéresons nous à notre complicité européenne dans la pratique étendue de la torture made in USA.
L'Union européenne, souligne le rapport, est responsable de ces actes de barbarie à grande échelle car sans « sa collaboration », la stratégie mise en place par l'administration Bush n'aurait jamais été rendue possible. « Parmi ces partenaires, comme nous l'avons déjà illustré dans le rapport du 12 juin 2006, [se trouvent] plusieurs Etats membres du Conseil de l'Europe ». En plus de leur participation avérée à ces actes d'enlèvement, de disparition et de torture, « beaucoup de gouvernements ont tout fait pour masquer la vraie nature et l'ampleur de leurs activités et persistent dans leur attitude non coopérative (13) ».
Ce genre de choses oui.
« Les gouvernements profitent de la peur suscitée par la menace terroriste pour restreindre arbitrairement les libertés fondamentales. En même temps, ils ignorent des phénomènes bien plus meurtriers dans d'autres régions, ou font preuve d'une passivité déroutante. Pensons seulement à la traite des êtres humains ou au trafic d'armes (comment est-ce possible, par exemple, que des avions chargés d'armes continuent d'atterrir régulièrement au Darfour où se consomme une tragédie humanitaire avec des dizaines de milliers de victimes ?) (18) ».
Juste un exemple ?

Mais non, nous avons BHL, comment pourrions nous avoir besoin de remettre en cause nos belles institutions ? Comment pourrions nous cesser de détourner le regard de nos citoyens en agitant devant leur yeux l'épouvantail de ces affreux dictateurs et de ces horribles terroristes ? Nous avons Nain 1er, qui gère tout, qui résout tout...

Donc voilà, si vous avez envie de vous intéresser à Cuba, faites le. Et préparez vous à aller voir Sicko, ça vaut ce que ça vaut, c'est du Michael Moore, mais... je pense que ça vaut le coup, et Cuba-USA, vous verrez le lien.

11 comments:

vlg said...

Merci pour ces infos amusantes.
Et c'est vrai que par exemple en parlant de Cuba, il y aurait peut-être autant à dire sur Guantanamo que sur le régime Castriste (mais nous c'est pas pareil, on est des démocraties en guerre contre des méchants).

Ceci dit, il est vrai que le fait que Castro se retrouve au pouvoir pendant 50 ans et que son frère le remplace est un indicateur d'un problème dans les institutions du pays.

Le politburo a cependant choisi, il y a quelque temps déjà, qu'au lieu répeter pavloviennement «Cuba est une dictature, et Castro est très, très méchant», il allait essayer de voir un peu loin que le bout du nez de la propagande capitaliste.

Par exemple en remettant les choses dans leur contexte ou en comparant le régime castriste à celui d'autres pays, notamment ceux mis en place par les occidentaux, ainsi que le double standard en matière de droit de l'homme de ces derniers.


D'autre part, tu dis "Il est évident que l'image de Cuba forgée depuis des dizaines d'années dans nos médias est plus que désastreuse. Le même processus - toutes choses égales par ailleurs - est en route au sujet du Venezuela de Chavez". Le parallèle est pertinent, et les conséquences de cette diabolisation sont évidemment un durcissement du régime en place, ce qui semble légitimer la diabolisation a posteriori, comme nous l'expliquions dans ce billet.

Bonus : un lien intéressant sur le sujet (il décrit notamment le processus électoral à Cuba : c'est assez rare pour être souligné)

Anta said...

Human Rights Council Election (17 May 2007)
Results
Members elected (the required majority was 97) : Angola, Bolivia, Bosnia and Herzegovina, Egypt, India, Indonesia,Italy, Madagascar, Netherlands, Nicaragua, Philippines, Qatar, Slovenia, South Africa.

Oulalala, Christine Chanet a été critiqué par d'éminents spécialistes des droits de l'homme comme l'Angola, Madagascar, le Nicaragua etc...

coco_des_bois said...

Mais comme je disais plus haut, qui est cette dinde pour venir donner des leçons à Cuba ? Quels que soient les signataires, le votes aurait-il été plus parlant si les USA avaient signé ?

Je ne suis pas certain.

A moins que l'on pense comme certains qu'il y a définitivement des pays à ranger sous l'axe du mal et d'autres qui sont les "gentils". Et question droits de l'homme, nous sommes en France des spécialistes, c'est évident !

ToToODoDo said...

coucou :) et il est excellent ton parler de cuba :) bref :) allez, bisous et bonne continuation :)
(mais il est toujours pas mort ce con d'anta lol)
t fort :)

ToToODoDo said...

recoucou (pi je pars) :) et tu l'as vu le truc (genre il dure 6 heures) entre ramonet et castro (ils dialoguent tous les 2), bref moi je l'avais bien aimé ce truc (mais j'ai pas le nom la, bref)

bye :)

vlg said...

Tu es sur que tu veux parler de l'angola :


«Entre 1986 et 1991, l'aide indirecte fournie à l'UNITA par les USA atteindrait la somme de 250 millions de dollars.»
Human Right Watch

de madagascar :

«Pour imposer un second tour de rattrapage [à Ravalomanana, qui a gagné les élections], la Françafrique élyséenne et socialiste mobilisait le cortège des dictateurs africains amis.»
survie


ou du nicaragua :

«la guerre de la Contra contre le Nicaragua menée principalement à partir des bases US du Honduras.»
le grand soir

?

emcee said...

Bonsoir à tous,
Je viens de passer un sacré bout de temps à lire le post et à explorer les liens, en particulier celui, très complet, sur Cuba.
Tout est passionnant.
Bravo, Coco, super-forme! Cela valait le coup d'attendre ;-)
Et merci pour tes com'...

Et bravo aussi à VLG pour ces précisions intéressantes et pour avoir remis à sa place le troll qui hante les blogs intelligents pour venir les abreuver de poncifs néocons.
Ca va faire plaisir à totoododo...

Quant à Castro, un dirigeant qui insiste pour alphabétiser et éduquer toute la population ne peut pas être foncièrement mauvais.
Ceux qui veulent s'approprier le pouvoir commencent plutôt par limiter l'éducation de la plèbe, afin qu'elle n'ait pas la possibilité de lire, de s'informer et de réfléchir.

Pour ce qui est de la longévité de Castro en tant que dirigeant, je pense que si Cuba a su résister aux attaques des Occidentaux et en particulier des US, c'est parce qu'il a su rassembler son peuple et créer une unité, une solidarité et une fierté que nul autre n'aurait pu réaliser. Sinon, lui aussi aurait disparu avec le temps.
D'ailleurs, ce sont les Cubains eux-mêmes qui l'ont protégé.

Autre point: nous avons, certes, changé un peu plus souvent de président dans la même période, mais en fin de compte, n'était-ce pas le même? A des nuances près, ils ont perpétué la même politique, finalement.
Ce sont des professionnels de la politique et ceux qui s'imposent y parviennent à coups d'alliances, de calculs, voire de perfidies. Et de "promesses" électorales.
La marge de manoeuvre des électeurs est donc bien ténue et ses espoirs vite déçus.

Les avancées sociales viennent donc essentiellement des luttes ou de la pression populaire et, tôt ou tard, elles sont remises en cause.
A Cuba, c'est Castro lui-même, qui a organisé le social et la solidarité.

Alors, évidemment, tout n'est pas parfait, mais rien ne va nulle part - cela semble même bien pire dans de nombreux cas.

Et les Cubains semblent heureux. On ne peut pas dire que nous le soyions plus.

Et en plus, Castro ridiculise les US. Cela ne peut que le rendre sympathique à mes yeux.
Etudiants US en médecine à Cuba.
[http://www.peuplesmonde.com/article.php3?id_article=671]

(je n'ai pas trouvé d'article récent en français, je donne le lien en anglais, donc)
ici: http://news.yahoo.com/s/nm/20070724/hl_nm/cuba_usa_doctors_dc

Drernier point: Ignacio Ramonet publie chez Fayart "Biographie à deux voix"
....
Quelqu'un pourrait-il m'expliquer comment rendre les liens actifs. Je n'y suis pas arrivée... Argh!

Bonne soirée

ToToODoDo said...

coucou tous les 3 :) coucou emcee, et vi ca me fait plaisir (mais vous savez comme ils sont les trolls sark.. (ben je crois qu'ils savent pas lire lol, ben vouais, qu'est ce que vous voulez) (le mien ca va, j'ai peut etre fini par le decourager :) )
bref :) bisous :)
(non mais moi serieusement, ces gens la ,leur causer serieusement, vous etes courageux, parce que moi en 2 sec ils m'enervent tellement ils sont mous du bulbe (bref,c pas tout ca :) )
bonne journée :) (et le anta il a pas le droit de me parler hein, non mais je dis ca, je m'en fous je lis pas)

lelol said...

Une lecture indispensable à ce sujet :

"Cuba est une île" de Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach.

Je viens souvent, je ne commente pas ! Bravo pour cet excellent blog.

coco_des_bois said...

Cuba est une île, en effet, je pense à me le procurer, j'ai déjà lu des livres de Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, et c'est réellement intéressant, pausé, objectif (à mon sens)... bref, à recommander.

Les moissonneuses said...

Très bon article, dont je viens de piquer un bout sur mon blog (j'avoue tous mes larcins sauf quand je choure chez les tarés libertariens). Il est en effet temps de parler sereinement de Cuba.